Inscrivez-vous à la Newsletter pour ne rien perdre de l'événement

Au-delà-du prix

Le choix de son fournisseur en matière d’électricité et de gaz reste et demeurera majoritairement guidé, avant tout, par la question du prix. Prétendre le contraire relèverait de l’hypocrisie.

Mais au-delà du prix, il y a la qualité de la relation client, la réactivité, la force de proposition, la qualité de la facturation, du reporting et de l’espace client, la veille réglementaire… C’est finalement affaire de confiance et de responsabilité que de savoir proposer autre chose qu’un simple prix fondé sur la vérité des marchés. Et les acheteurs s’y retrouvent en plébiscitant les acteurs dont le savoir-faire en matière de relation clients est solide et pérenne. Les résultats des baromètres CLEEE-FNCCR en sont l’illustration.

Puis, au-delà même de la relation client, il y a la capacité d’offrir à son client la possibilité d’endosser de nouveaux rôles : plus seulement acheteur, mais gestionnaire énergétique, fiscaliste, producteur, influenceur, participant à l’équilibrage du réseau…. De simple usager, sommé d’être spectateur, le consommateur est devenu client et désormais devient acteur du système électrique. Pour ce faire, il doit s’appuyer sur son fournisseur et responsable d’équilibre – rappelons que c’est une mission de service public définie dans le code de l’énergie à son article L321-15 – et sur de nouvelles technologies numériques. C’est ce qu’Alpiq Energie France offre à ses clients dans un monde marqué par la transition énergétique et dans un système de plus en plus décentralisé et complexe.

Cela se concrétise par un panel de services additionnels ciblés et pertinents. Non pas une liste à la Prévert, un catalogue sans lendemain, mais de vraies réponses à de vrais besoins : valorisation des actifs de production décentralisée, valorisation des capacités d’effacement de consommation, offres vertes fondées sur les garanties d’origines ou au travers de real-time green PPA. Autant de solutions qui permettent aux consommateurs de devenir de véritables acteurs du système électrique, mais qui s’appuient sur une connaissance fine des différents marchés et une prise en compte proportionnée des risques et opportunités réglementaires.

Le cas de la valorisation de la flexibilité de sites de consommation est illustratif. Sans une approche globale ciblant à la fois le marché de l’énergie, le marché de capacité, les appels d’offres effacement et les appels d’offres pour les réserves rapides et complémentaires, la valeur de la flexibilité risque d’échapper au consommateur. Ces différents canaux de valorisation sont sujets chacun à des incertitudes plus ou moins fortes.

Le mécanisme de capacité a été validé pour 10 ans par la Commission européenne. Toutefois, ses règles sont soumises à une perpétuelle évolution, les rendant particulièrement complexes. Ce mécanisme semble par ailleurs inscrit dans une trajectoire haussière mais il est difficile d’en anticiper le prix à court ou moyen terme. L’ajout des capacités étrangères complique encore la donne, surtout après une mise en œuvre en 2019 qui a perturbé le fonctionnement des enchères. Enfin, l’indice qui faisait office de référence, le Prix de Référence Marché, disparaît en 2020 au profit d’une référence assise sur la dernière enchère précédant l’année de livraison, censée permettre une meilleure rencontre de l’offre et de la demande en certificats de capacité. Mais c’est en théorie, et il conviendra d’être attentif aux volumes qui y seront effectivement échangés.

L’appel d’offre effacement vit quant à lui sa dernière année pour les participants « historiques ». Cet appel d’offre a en effet été validé en 2016 par la Commission européenne avec l’inscription d’une limite de quatre années de participation. La question de la pérennité d’un dispositif de soutien est posée au regard des objectifs assignés par la PPE à cette filière essentielle.

Quant aux réserves rapides et complémentaires, l’écroulement de leur rémunération pour 2020 et la place importante qu’y prennent les groupes électrogènes, héritiers des contrats « dispatchables », doivent être questionnés quant à la juste reconnaissance de la flexibilité et la place que l’on souhaite véritablement donner aux effacements verts.

On le voit, proposer de véritables services en lien avec le marché de l’électricité, comme la flexibilité, ne s’improvise aucunement. Pour saisir au mieux la valeur capacitaire de vos flexibilités de consommation, il faut allier expertise en matière de fourniture et de responsabilité d’équilibre et connaissance fine des canaux de valorisation.

Leave a Reply